Peut-on porter une cup menstruelle quand on est vierge ?

Mon Corps

Le binôme cup et virginité est un sujet d’article qui nous trotte dans la tête depuis longtemps. La question nous est beaucoup posée, et nous souhaitions y répondre de façon précise, sourcée et complète.

Pour ce sujet sensible, il a fallu faire beaucoup de recherches. On vous en livre ici le résultat.

Et comme l’article est assez long, en voici le sommaire (clique sur les liens pour aller directement aux sections) :

– Qu’est ce que la virginité ? 

– A quoi ressemble l’hymen ?

– Puis-je utiliser une cup menstruelle si je suis vierge ?

 

Qu’est ce que la virginité ?

 

La virginité se définit pour un certain nombre de personnes par le fait de ne jamais avoir eu de relation sexuelle pénétrante par voie vaginale.

Mais pour d’autres, cela va plus loin, puisque dans certains cultures ou religions, elle est associée à un hymen préservé. Quand on nous pose la question de l’utilisation de la cup quand on est vierge, c’est assez souvent pour nous demander si utiliser une cup peut rompre l’hymen. Et nous savons combien c’est un sujet important dans un certain nombre de cas.

Alors nous avons lu beaucoup d’études sur ce sujet. L’une d’entre elles, publiée dans la Revue Scientifique The Health en 2012, nous a particulièrement marqué.

L’article s’appelle « Hymen: facts and conceptions » (lisez-le ici, en anglais) . Il a été écrit par 2 Universitaires : Abdelmonem Awad Hegazy (Université de Medecine Zagazig, Egypte) et Mohammed AlRukban (Collège de Médecine, Arabie Saoudite).

La conclusion de cette étude est sans appel : « L’hymen n’est pas une indication précise de la virginité. La connaissance de l’anatomie de l’hymen et de ses anomalies est essentielle pour éliminer les idées fausses à son sujet. »

OK, mais alors, à quoi ressemble l’hymen alors ?

Faire une recherche d’image au bureau n’est pas forcément la meilleure idée.

En revanche, tu peux consulter cette vidéo d’un Talk TEDx qui s’est tenu à Oslo, qui finalement décrit tout aussi bien le sujet. Les 2 speakeuses sont autrices du (très bon) livre Les joies d’en bas (Ed Actes Sud).

Pour les non-anglophones, nous mettons le verbatim en dessous. (passer le verbatim et aller à la section suivante)

 

« Comme la plupart d’entre vous, nous avons grandi en croyant que l’hymen prouve la virginité. Mais nous avions tort. Ce que nous avons découvert, c’est que les histoires qu’on nous a racontées au sujet de la virginité féminine sont basées sur 2 mythes anatomiques. La vérité est connue dans la communauté médicale depuis plus de 100 ans et cependant, ces 2 mythes continuent à rendre la vie dure à des femmes partout dans le monde.

Le premier mythe concerne le sang. Ce mythe nous dit que l’hymen se rompt et saigne la première fois qu’une femme a un rapport sexuel vaginal.  En d’autre termes, s’il n’y a pas de sang sur les draps après cette première relation, c’est que la femme n’était pas vierge.

Le second mythe est la conséquence naturelle du premier : puisque l’hymen est supposé se rompre et saigner, les gens croient qu’il disparait, ou au moins qu’il est radicalement altéré pendant la première relation sexuelle. Si c’était vrai, il serait donc facile de déterminer si une femme est vierge ou pas en pratiquant un examen gynécologique.

Voilà donc les 2 mythes : les vierges saignent et les hymens disparaissent pour toujours.

Cela peut vous sembler un sujet accessoire : pourquoi devriez-vous vous préoccuper d’un vague repli de peau du corps des femmes ? Mais en vérité, c’est tellement plus qu’une simple incompréhension anatomique. Les mythes à propos de l’hymen perdurent depuis des siècles parce qu’ils ont une signification culturelle. Ils ont été utilisé comme de puissants outils de contrôle de la sexualité féminine dans à peu près toutes les cultures, religions et décennies. On ne croit pas les femmes, on leur fait honte, on les moleste et dans les pire cas, elles sont victimes de « crimes d’honneur » si elles ne saignent pas durant leur nuit de noces. D’autres femmes sont forcées à subir des tests de virginité dégradants simplement pour obtenir un emploi, pour préserver leur réputation ou pour se marier :

  • En Indonésie,  les femmes sont systématiquement examinées avant leur service militaire.
  • Après le soulèvement Egyptien de 2011, un groupe de femmes protestataires s’est vu contraint à subir des examens de vérification de virginité par les militaires.
  • A Oslo, des médecins examinent l’hymen de jeunes filles pour rassurer leurs parents sur le fait que leurs enfants ne sont pas dégradés.
  • Et malheureusement, cette liste continue.

Les femmes ont tellement peur de ne pas être à la hauteur des croyances à propos de l’hymen qu’elles choisissent de pratiquer certains « petits arrangements de virginité » pour assurer le saignement. Cela peut être de la chirurgie plastique (hymenoplastie), ou des fioles de sang répandues sur les draps après le rapport ou encore des faux hymens achetés sur le web associés à du faux sang et à la promesse de « dire adieu à vos sombres secrets ».

En disant aux filles qu’aucun acte ne peut rester secret, que dans tous les cas leur corps les trahira, nous leur avons inculqué la peur. Les filles ont peur de se détruire, que ce soit avec le sport, le jeu, l’utilisation de tampons ou l’activité sexuelle. Nous avons réduit leurs opportunités et leur liberté. Il est temps de mettre fin à la supercherie de la virginité. Il est temps de casser les mythes au sujet de l’hymen une fois pour toutes.

Nous sommes des étudiantes en médecine qui travaillons autour de la santé sexuelle et autrices de « Les Joies d’en bas ». Il s’agit d’un livre de vulgarisation scientifique consacré aux organes génitaux féminins.

D’expérience, les gens semblent croire que l’hymen ressemble à un film qui couvre l’entrée du vagin. En norvégien, il est même appelé la membrane virginale. Et donc, on visualise quelque chose de fragile, de facilement destructible que vous pouvez déchirer, peut-être un peu comme un bout de film alimentaire.

 

Vous devez vous demander pourquoi nous avons apporté un hoolahoop sur scène aujourd’hui. [FRAPPE LE CERCEAU]

Maintenant, c’est très difficile de cacher que quelque chose est arrivé à ce cerceau, n’est-ce pas ?

Il y a une différence entre avant et après mon coup de poing : la membrane est cassée, et à moins que nous la changions, elle ne reviendra pas à son état initial.

Donc si nous voulions faire un test de virginité sur ce cerceau  ici et maintenant, ce serait très facile. Il est facile de dire que ce cerceau n’est plus vierge.

Mais l’hymen n’a rien à voir avec un morceau de plastique avec lequel vous pourriez emballer vos aliments.

 

En fait, c’est plus comme cela [montre un gros chouchou] : un chouchou élastique.

L’hymen est un repli de tissus à l’ouverture externe du vagin et généralement, il a la forme d’un donut ou d’une demi-lune avec un large trou en son centre. Mais c’est très variable, et parfois les hymens peuvent avoir des franges, ou alors plusieurs trous ou encore des lobes.

En d’autres termes, les hymens peuvent sembler très différents et c’est la raison pour laquelle il est si difficile de tester la virginité.

 

Maintenant que nous en savons un peu plus sur l’anatomie de l’hymen, revenons à nos 2 mythes :l es vierges saignent et les hymens disparaissent pour toujours. Mais l’hymen n’a pas du tout à se rompre. Il est comme un chouchou, dans sa fonction comme son apparence. Et vous pouvez étirer un chouchou, non ? De la même façon, vous pouvez étirer un hymen car en réalité, il est très élastique et pour de nombreuses femmes, l’hymen est suffisamment élastique pour supporter un rapport vaginal sans subir aucun dommage. Pour d’autres femmes, l’hymen peut légèrement se déchirer pour faire une place au penis, mais ça ne le fait pas disparaitre. Cela dit, il peut changer un peu d’apparence 

Alors, quels impacts cela entraine-t-il sur nos 2 mythes ? Et bien avant tout, si vous avez un hymen élastique, vous ne saignerez jamais en ayant des rapports sexuels. Peu importe si vous êtes vierge ou pas, c’est anatomiquement impossible. Et c’est le cas de la moitié d’entre vous (à part pour les hommes à côté de vous, bien entendu).

En d’autres termes, certaines vierges saignent, mais d’autres pas. Le premier mythe est brisé.

La suite logique, c’est qu’on ne peut pas examiner l’hymen pour vérifier la virginité. Cela a été démontré il y a plus d’un siècle, en 1906 par la norvégienne Dr Marie Jeancet. En examinant une travailleuse du sexe d’âge moyen, elle a conclu que ses organes génitaux rappelaient ceux d’une adolescente vierge. Mais cela a du sens : car puisque son hymen n’a jamais été altéré par les rapports sexuels, alors qu’attendions nous à voir ? 

Puisque les hymens ont des aspects variés, il est difficile de savoir si une bosse ou un pli est présent à cause d’un dommage antérieur ou si c’est simplement une variante anatomique normale.

L’absurdité des tests de virginité s’illustre dans une étude menée sur 36 adolescentes enceintes : quand les docteurs ont examiné leurs hymens, il n’ont pu identifier de signe évident de pénétration que sur 2 d’entre elles. Donc à moins que vous croyez à 34 cas de grossesses virginales, nous devons tous nous accorder sur le fait que le second mythe a pris un coup fatal :  Vous ne pouvez tout simplement pas regarder l’entrejambe d’une femme et y lire son histoire sexuelle.

Comme la plupart des mythes, ceux qui concernent l’hymen sont faux. Il n’y a aucune sceau virginal qui disparaitrait comme par magie après le sexe, et la moitié des vierges peuvent aisément avoir des rapports sans saigner.

Alors nous aimerions dire qu’en faisant disparaitre ces mythes tout irait mieux. Que la honte, les coups, les crimes d’honneur disparaitraient. Mais bien sûr, ce n’est pas si simple. L’oppression sexuelle des femmes vient de quelque chose de bien plus profond qu’une simple incompréhension anatomique concernant les propriétés de l’hymen : c’est une question de contrôle culturel et religieux sur la sexualité des femmes. C’est bien plus compliqué à changer, mais nous devons essayer.

En tant que professionelles de la médecine, il s’agit de notre contribution. Nous voulons que chaque fille, parent et futur mari sache ce qu’est l’hymen et comment il fonctionne. Nous voulons qu’ils sachent que l’hymen ne peut pas servir de preuve de virginité. De cette façon, nous pourrons supprimer l’un des outils les plus puissants utilisés pour contrôler les jeunes femmes aujourd’hui.

Après vous avoir dit cela, vous devez vous demander quelle est l’alternative. Car si nous ne pouvons pas utiliser l’hymen comme preuve de la virginité des femmes, alors que devrions-nous utiliser ?

Nous choisissons de ne rien utiliser. Si vous voulez vraiment savoir si une femme est vierge ou pas, demandez-le lui. Et la façon dont elle vous répondra est son choix.

Merci. »

Puis-je utiliser une cup menstruelle si je suis vierge ?

Tu l’as sans doute compris :  la réponse est OUI, bien sûr ! 

Si tu te sens prête pour l’insertion, si tu es suffisamment à l’aise avec ton corps, il n’y a aucun souci pour utiliser une coupe menstruelle. 

Nous te conseillons de choisir plutôt une taille S ou M, car même si la taille L ne posera aucun souci, elle peut te sembler un peu impressionnante. Pour choisir la taille adaptée, tu peux consulter notre article « comment choisir la taille de sa cup menstruelle? »

 

 

Et bien sûr comme d’habitude, tes commentaires sont les bienvenus ! As tu appris des choses ? As-tu des questions ? On reste disponibles pour en parler !

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu peux t'abonner